Tout savoir sur la suspension de voiture

Dernière mise à jour :
Publié par Romain

Sans un bon système de suspension sur une voiture, zéro confort de conduite. C’est grâce à la suspension que les chocs deviennent quasiment imperceptibles à l’intérieur de l’habitacle.

Le fonctionnement de ce système vous paraît encore flou ? Vous souhaitez mieux comprendre comment ça fonctionne ? Pour tout savoir sur la suspension de voiture, c’est ici !

La suspension, à quoi ça sert ?

Comme son nom l’indique, la suspension permet de maintenir la voiture suspendue au-dessus des roues. C’est un élément intermédiaire entre les roues et le châssis.

Le système de suspension comprend des amortisseurs, des ressorts et un dispositif reliant roues et châssis.

Lorsque la suspension est H.S., le plaisir de conduire, le confort des passagers et la sécurité au volant se réduisent considérablement.

Un bon système de suspension, intégrant des amortisseurs performants, évite que les trous et défauts sur la route ne soient trop ressentis par le conducteur et les passagers.

L’état de la suspension ou des amortisseurs peut également avoir un impact sur la sécurité routière.

En assurant une liaison mécanique entre les roues et le châssis, le système améliore l’adhérence des pneus et la tenue de route. Les conducteurs gardent mieux la maîtrise de leur véhicule.

En plus des amortisseurs et des ressorts, la suspension se compose d’éléments qui varient en fonction des types de systèmes.

Les différents systèmes de suspension qui existent

En fonction des époques, des avancées techniques et des véhicules, les constructeurs choisissent différents systèmes de suspension.

On distingue principalement deux types de suspension :

  • Le système de roues indépendantes, où les deux roues d’un même essieu ne sont pas connectées entre elles ;
  • L’essieu rigide (ou semi-rigide), où les deux roues gauches sont reliées aux deux roues droites.

Au sein de ces deux catégories, on différencie plusieurs systèmes.

La suspension McPherson, l’un des systèmes les plus populaires

Sur les véhicules modernes, et plus particulièrement sur les voitures de tourisme telles que les citadines et berlines, c’est la suspension la plus courante.

La suspension McPherson plaît aux constructeurs automobiles, car sa conception permet de garder de la place libre pour le moteur, le coffre et d’autres éléments mécaniques.

Le système se positionne au niveau du train avant. Il est simple, ce qui en fait une suspension peu chère.

Un bras de suspension unique assure le guidage, associé à une barre antiroulis. Ce dispositif peut parfois être remplacé par un simple triangle inférieur. Les amortisseurs et les ressorts viennent compléter le système, fixé à la base sur les porte-fusées.

Ce système assure une bonne tenue de route, tout en limitant les coûts de production.

Le système à double triangulation, pour des performances améliorées

La suspension à double triangulation est plus perfectionnée que le système McPherson. Aussi assure-t-elle davantage de performance. Le système à double triangulation est principalement utilisé pour les voitures de course, pour les sportives et les voitures de luxe.

Cette suspension se compose de deux triangles, qui viennent se fixer sur les porte-fusées grâce à des rotules. Chaque triangle accueille une paire d’articulations, pour relier le châssis et pour installer le système ressort-amortisseur.

Celui-ci se fixe au triangle le plus bas. De cette manière, la motricité et le guidage sont meilleurs, plus précis, surtout si l’on ajoute une barre antiroulis.

Les suspensions à double triangulation sont rarement utilisées dans les véhicules de tourisme, car elles prennent beaucoup de place par rapport à la suspension McPherson. Elles laissent donc moins d’espace disponible pour les voyageurs dans l’habitacle, le coffre et le moteur.

Mais dans les sports automobiles, la suspension à double triangulation est fortement plébiscitée. Cette suspension peut être réglée de différentes manières, ce qui n’est pas le cas de la suspension McPherson.

La suspension multi-bras, pour un confort de conduite optimal

La suspension multi-bras est un système assez complexe, qui est donc plus onéreux que les autres. On le retrouve essentiellement dans des berlines haut de gamme et autres véhicules de ce genre.

Cette suspension se compose de plusieurs bras – généralement quatre ou cinq -, qui se substituent aux systèmes de triangles et de bras unique.

Du fait de la taille réduite des bras et de leur superposition à la verticale, l’espace occupé par ce type de suspension est assez négligeable.

Grâce aux bras multiples, les performances sont optimisées et le confort est maximal. Le guidage se fait avec une très haute précision et la stabilité au freinage est meilleure.

Le pont-moteur, la suspension des 4×4

Ce type de suspension est appelé tantôt « pont-moteur », tantôt « essieu rigide » ou encore « pont rigide ». Il s’agit d’un système qui se raréfie, mais qui reste utilisé par certains constructeurs pour les modèles 4×4 et pick-up.

Une barre relie deux roues de chaque essieu. Les roues ne sont donc pas interdépendantes, comme avec les autres systèmes.

Concrètement, lorsqu’un mouvement se produit d’un côté – à cause d’un caillou, d’une motte de terre ou de déformations sur la route -, l’énergie passe automatiquement de l’autre côté.

Avec un essieu rigide en guise de suspension, les secousses sont permanentes et le confort sur la route est réduit. Avec une voiture normale sur une route normale et à vitesse moyenne, le pont-moteur n’est pas conseillé, car il n’assure pas de confort, ni de sécurité.

L’essieu semi-rigide, un système économique

De moins en moins utilisé par les constructeurs automobiles, l’essieu semi-rigide est encore parfois choisi pour certaines petites citadines économiques.

Le système est basique, ce qui permet de concevoir une voiture à moindre coût.

Une barre de torsion ou poutre de torsion est fixée à l’arrière du véhicule, au niveau du train, directement sur le châssis. Capable de se tordre sous l’effet de la chaleur, l’essieu semi-rigide assure un bon confort de conduite, mais ne garantit pas des performances exceptionnelles.

Que faire en cas de suspension H.S. ?

Instabilité sur la route, aquaplaning, secousses importantes dans l’habitacle, bruits suspects et fuites de liquide font partie des signaux qui doivent vous alerter que votre suspension est peut-être H.S.

Si vous constatez ces symptômes, prenez rapidement rendez-vous avec votre garagiste.

Une fois le diagnostic réalisé, le professionnel saura vous indiquer s’il faut simplement changer les amortisseurs ou si plusieurs éléments du système de suspension doivent être remplacés.

Dans tous les cas, il est important de réaliser les réparations rapidement.

Une suspension H.S. augmente les risques sur la route et réduit le confort dans l’habitacle. Des problèmes de suspension et d’amortisseur peuvent également empêcher d’obtenir un contrôle technique.

Au moindre doute, n’attendez pas pour faire diagnostiquer et réparer votre voiture.

Romain
Depuis 2014 (et après avoir créé une entreprise dans le milieu de la mécanique et de la réparation auto), je rédige des articles sur le monde de l'automobile dans le but de vous aider à allonger la durée de vie de vos véhicules et de faire les bons choix d'accessoires.

BONUS : Reçois des produits et des cadeaux gratuits pour ta voiture !

Chaque mois, CaptainDrive s'associe à une marque partenaire pour te faire gagner :


- des accessoires auto de qualité,

- des produits d'entretien pour voiture,

- des bons d'achat pour la réparation de ton véhicule.


C'est gratuit !

Laisser un commentaire