Jusqu’à quel âge faut-il utiliser un rehausseur ?

Dernière mise à jour :
Publié par Romain

Le rehausseur est un équipement auto particulier, conçu tout spécialement pour assurer la sécurité routière des enfants.

En tant que parent, on peut parfois hésiter entre fauteuil et rehausseur… Une fois que notre progéniture a passé quelques années dans son rehausseur, on peut finalement avoir l’impression qu’elle n’est plus à l’aise sur ce petit siège auto.

On s’interroge alors sur l’utilité de conserver cet accessoire.

Alors, jusqu’à quel âge faut-il utiliser un rehausseur ? Peut-il se substituer à un vrai siège auto ? Que dit la loi ? Découvrez toutes les réponses dans la suite de cet article.

Un rehausseur, c’est quoi exactement ?

Comme son nom l’indique, le rehausseur permet de rehausser, donc de surélever, son utilisateur. Il convient de le différencier des nacelles pour les bébés et des sièges auto, comme nous le verrons plus bas.

En fait, un problème se pose avec les enfants en voiture. Leur petite taille ne leur permet pas d’être parfaitement protégé avec la seule ceinture de sécurité.

Celle-ci arrivant généralement au niveau du cou des jeunes enfants, elle ne remplit guère sa fonction protectrice en cas d’accident.

L’utilisation d’un rehausseur augmente la sécurité des plus jeunes passagers sur la route. Avec quelques centimètres supplémentaires sous leur postérieur, les enfants profitent pleinement des bénéfices de la ceinture de sécurité, qui peut les retenir sans les blesser.

Il convient de distinguer siège auto et rehausseur. Le premier comporte systématiquement un dossier, tandis que le second n’en possède pas toujours. D’autres différences sont à noter entre ces deux équipements.

Fauteuil auto ou rehausseur : que choisir ?

Les sièges auto sont spécialement conçus pour les bébés et les très jeunes enfants. Ils disposent donc d’un dossier, mais également de harnais, pour maintenir fermement les petits passagers, en particulier en cas de choc.

Des parois latérales renforcent la sécurité des tout-petits. Les sièges auto les plus récents sont tous avec attaches Isofix, conformes à la norme iSize, pour un maximum de sécurité et une installation simplifiée.

Un siège auto peut être pivotant, fixe, inclinable, évolutif… En fonction des modèles, certains s’utilisent dès la naissance et jusqu’à 4 ans.

À la différence du siège auto, le rehausseur classique est souvent sans dossier. Il ne dispose pas non plus de harnais, ni de bouclier ou de protections latérales. Un rehausseur ne s’incline pas, ne se tourne pas.

Nous avons installé le Peg Perego Viaggio pour les trajets en voiture de notre fille de 4 ans et demi

Cet accessoire permet seulement à l’enfant d’être à la bonne hauteur pour s’attacher avec la ceinture de sécurité de la voiture. Pour asseoir un enfant dans un rehausseur en voiture, il faut donc attendre que son corps soit capable d’opposer une certaine résistance aux éléments extérieurs.

L’utilisation du rehausseur est tolérée à partir de 4 ans. Toutefois, à cet âge, mieux vaut opter pour un rehausseur avec dossier.

Les experts recommandent généralement d’attendre 6 ans pour un rehausseur bas et de le conserver jusqu’à ce que l’enfant ait atteint la taille d’1,50 m.

Siège auto et rehausseur sont bel et bien deux produits différents. S’ils sont tous deux élaborés pour réduire les accidents des enfants sur la route, ils varient cependant dans leur conception et leur usage.

Dans tous les cas, il demeure essentiel d’utiliser un équipement adapté et homologué. On achète, de préférence, un siège ou rehausseur neuf (sur le marché de l’occasion, on peut trouver des accessoires endommagés, n’assurant pas une parfaite sécurité).

Pour faire des économies, on peut opter pour un fauteuil évolutif. Bebeconfort, Cybex Silver, Kidiz, Maxi Cosi, Nania…

Toutes ces marques proposent des modèles capables de se transformer à mesure que l’enfant grandit, pour accompagner les familles sur plusieurs années.

Jusqu’à quel âge doit-on utiliser un rehausseur ?

Si la réglementation française concernant les sièges auto autorise à utiliser un rehausseur dès 4 ans, elle oblige aussi à le conserver durant de nombreuses années.

En général, c’est autour des 10 ans de l’enfant que l’on peut arrêter d’utiliser un réhausseur.

Cependant, avec la réglementation iSize, c’est davantage le gabarit qu’il faut prendre en compte que l’âge.

En effet, les nouvelles normes pour la sécurité routière imposent des critères de taille pour bien choisir le siège auto d’un enfant et pour voyager sans risque, sans équipement particulier.

Suivant ces normes, un enfant dont la taille est inférieure à 1,30 m doit obligatoirement être installé dans un siège homologué (nacelle, coque, siège, rehausseur…). À partir d’1,30 m, les autorités tolèrent le non-usage d’un siège ou rehausseur.

Néanmoins, pour des raisons de sécurité, les experts conseillent de conserver le rehausseur tant que l’enfant ne mesure pas 1,50 m. Lorsque la taille dépasse 1,50 m, on peut se passer de rehausseur sans aucun risque.

Seulement dans certains cas, il faut attendre que l’enfant ait 12 ans pour qu’il mesure 1,50 m.

Au-delà des obligations légales, un test tout simple permet de savoir si un enfant peut circuler en voiture en toute sécurité, sans rehausseur. Installez l’enfant directement sur la banquette arrière, et contrôlez si :

  • Son dos est droit contre le dossier ;
  • Ses pieds se posent à plat sur le tapis de la voiture ;
  • Ses genoux pliés se retrouvent plus haut que l’angle de la banquette.

Si toutes ces conditions sont réunies, le rehausseur n’est en effet pas nécessaire.

En revanche, si l’enfant s’affale, s’il ne peut pas plier ses jambes et si, de surcroît, vous constatez que la ceinture tombe au niveau du cou au lieu d’être sur l’épaule, conservez le rehausseur.

Quels sont les risques quand un enfant voyage sans rehausseur ?

Si un enfant voyage sans rehausseur alors qu’il a moins de 10 ans, les forces de l’ordre peuvent sanctionner le conducteur avec une amende forfaitaire de 135 euros.

Par ailleurs, en cas d’accident, un enfant sans rehausseur peut se retrouver étranglé par la ceinture de sécurité. En outre, la pression qu’exerce la ceinture au niveau du bassin en cas de choc entraîne des risques pour l’ossature, celle n’étant pas totalement formée lorsque les enfants sont jeunes.

Pour plus de sécurité sur les routes lorsque l’on circule avec un enfant à son bord, on privilégie un rehausseur homologué avec dossier.

Ce type d’équipement maintient mieux l’utilisateur, avec une protection augmentée au niveau de la tête et du buste.

Que dit la réglementation sur la sécurité routière après 10 ans ?

Parce que l’âge est plus facile à contrôler que la taille, la réglementation française établit finalement que le rehausseur reste obligatoire jusqu’à 10 ans. Avant 10 ans, un enfant en voiture doit, de surcroît, être installé à l’arrière du véhicule.

Une fois qu’il a fêté ses 10 ans, un enfant peut donc voyager sans rehausseur, à l’arrière ou à l’avant d’un véhicule.

Romain
Depuis 2014 (et après avoir créé une entreprise dans le milieu de la mécanique et de la réparation auto), je rédige des articles sur le monde de l'automobile dans le but de vous aider à allonger la durée de vie de vos véhicules et de faire les bons choix d'accessoires.

BONUS : Reçois des produits et des cadeaux gratuits pour ta voiture !

Chaque mois, CaptainDrive s'associe à une marque partenaire pour te faire gagner :


- des accessoires auto de qualité,

- des produits d'entretien pour voiture,

- des bons d'achat pour la réparation de ton véhicule.


C'est gratuit !

Laisser un commentaire