Alors que le Gouvernement encourage de plus en plus les Français à passer à l’électrique, les tarifs du marché freinent encore de nombreux ménages. Néanmoins, une alternative a vu le jour, il s’agit de la conversion d’une voiture thermique en voiture électrique.

👉 En quoi cela consiste-t-il concrètement ?

Captain-Drive.com vous en dit plus sur le rétrofit électrique, sur ses avantages et ses inconvénients, ainsi que sur les solutions mises à la disposition des automobilistes.

⚡ Qu’est-ce que le rétrofit électrique ?

Le rétrofit électrique est une technique qui consiste à remplacer le moteur thermique d’un véhicule, fonctionnant à essence ou à diesel, et son système de carburation par un moteur électrique, accompagné d’une batterie de traction ou d’une pile à combustible.

A première vue, l’opération semble facile à réaliser. Néanmoins, elle suppose des transformations complexes, qui nécessitent un budget non négligeable. De plus, le rétrofit électrique requiert une nouvelle homologation du véhicule, afin de s’assurer de son bon fonctionnement et du respect de l’arrêté ministériel paru au Journal officiel du 3 avril 2020.

Pour être en règle avec la législation, la transformation du véhicule doit être effectuée par des installateurs habilités, puis être validée par l’Union technique de l’automobile, du motocycle et du cycle (UTAC). Certaines exigences techniques doivent également être suivies :

  • Les véhicules convertis doivent recevoir un groupe motopropulseur dont la puissance est comprise entre 65 % et 100 % de la puissance d’origine (entre 40 % et 100 % pour les véhicules de catégorie L)
  • La masse à vide en ordre de marche ne pourra excéder de plus ou moins 20 % celle du véhicule d’origine
  • La répartition des masses ne pourra excéder de plus ou moins 10 % celle d’origine entre les essieux

🚗 Quels véhicules peuvent être transformés ?

Comme évoqué précédemment, le rétrofit électrique est une pratique très encadrée. De ce fait, tous les véhicules ne peuvent pas prétendre à cette transformation technique.

Avant l’arrêté ministériel, le rétrofit électrique était possible à la seule condition de disposer de l’autorisation de modification du constructeur automobile d’origine. Cette prise de position du Gouvernement vise à simplifier les conditions légales, ouvrant ainsi la voie aux professionnels du secteur et aux particuliers pour favoriser les véhicules moins polluants.

Les véhicules concernés par le rétrofit électrique doivent avoir une date de première immatriculation de 5 ans ou plus pour les catégories M (véhicules de quatre roues minimum conçus pour le transport de passagers) et N (véhicules à moteur prévus pour le transport de marchandises de type camions ou camionnettes), et de 3 ans pour la catégorie L (motos, cyclomoteurs, quads et autres petits véhicules à moteur de trois ou quatre roues).

Les véhicules dits « de collection » et les engins agricoles sont, quant à eux, exclus et ne sont donc pas éligibles au rétrofit électrique.

✅ Quels en sont les avantages ?

💰 Un prix accessible

La transformation d’un véhicule thermique en véhicule électrique entraîne des coûts, c’est indéniable.

En moyenne, la pratique reviendrait à 5 000€ pour une citadine. Il s’agit, bien entendu, d’une somme conséquente qui peut freiner de nombreux ménages.

Néanmoins, lorsque l’on compare cette somme aux premiers modèles de voitures électriques disponibles sur le marché, on constate aisément que ce tarif est 3 fois moins élevé. En effet, les Skoda Citigo e iV et Seat Mii Electric sont accessibles pour 16 000€, une fois le bonus écologique déduit.

🌱 Un engagement écologique

Le marché de l’électrique a un impact négatif encore important sur la planète, en raison des matériaux utilisés pour les batteries et la quasi-inexistence du recyclage.

Cependant, le rétrofit électrique concerne des véhicules plutôt anciens, qui ont tendance à davantage polluer. En leur offrant une seconde vie, plus verte, et en continuant d’utiliser des véhicules déjà en circulation, les déchets et émissions de CO2 sont drastiquement réduits.

🚙 Une conduite inchangée

La loi exige que la transformation du véhicule n’entraîne pas de changements sur son comportement. Ainsi, le poids et la répartition des masses doivent être pensés de façon à conserver les caractéristiques d’origine. En tant que conducteur, vous bénéficiez d’un véhicule plus propre, sans pour autant modifier vos habitudes de conduite.

❌ Quels en sont les inconvénients ?

🛶 Une autonomie insuffisante

Les voitures ayant bénéficié d’un rétrofit ont une autonomie de batterie d’environ 70 à 80 km, ce qui est bien inférieur aux véhicules électriques traditionnels.

🤞 Une fiabilité remise en question

La pratique du rétrofit reste relativement récente, notamment pour certains modèles de voitures, qui ont été ajoutés dernièrement par l’intermédiaire de l’arrêté ministériel. Ainsi, les techniques de conversion ne sont pas toujours au point, ni maîtrisées par l’ensemble des professionnels.

😐 Des coûts sous-estimés

Les tarifs annoncés par les entreprises pratiquant le rétrofit sont des simulations prenant en compte des aides de l’Etat ou des régions. Or, elles n’ont pas encore été définies. Ainsi, le vrai coût de l’intervention se rapproche davantage du double de celui estimé à l’origine.

👉 Quelles sont les solutions disponibles pour cette conversion ?

👍 La conversion au cas par cas

Plusieurs éléments doivent être pris en compte lors de la conversion de votre véhicule : le moteur, la boite de vitesses, la batterie et le chargeur.

Effectivement, certaines modifications en impliquent d’autres, entraînant ainsi des coûts supplémentaires. C’est le cas de la boite de vitesses qui n’a aucune utilité avec un moteur électrique, mais qui exige une transformation importante de l’habitacle en cas de suppression.

Choisir une batterie suppose quelques contraintes également. Il faut d’abord déterminer sa nature, ce qui définira alors son autonomie. Ensuite, il convient de trouver comment l’intégrer au véhicule, tout en respectant les contraintes de poids et de répartition des masses.

🛠️ Les kits de conversion électrique

Les professionnels du secteur peuvent également proposer des kits de conversion électrique.

Homologués par le fabricant du système de propulsion électrique, l’installateur et l’UTAC, ces prototypes peuvent ensuite être utilisés pour les véhicules d’un même modèle, facilitant ainsi la transformation.

Pour l’automobiliste, cette solution s’accompagne d’une garantie supplémentaire, puisqu’elle est davantage encadrée que la conversion au cas par cas. Le propriétaire du véhicule se verra d’ailleurs délivrer une plaque de conformité et un certificat adjoint pour faire refaire sa carte grise.